iMAL

30 Quai des Charbonnages
Koolmijnenkaai, 1080 Brussels
Art Center for Digital Cultures & Technology

Julien Clauss

About Julien's residency at iMAL

OBJECT-ORIENTED OBJECT

OOO is a live performance on analog devices in which three turntables and a set of projectors are manipulated in real time. On the turntables, equipped with a laser that functions as a scanning head and whose signal is interpreted by a modular synthesizer, objects are played. The actions are visible and simple. Punctual light sources, of different powers, omni-directional or focused, static or mobile, are played simultaneously, revealing the objects by making them exist at the dimension of the space.

Starting from objects whose attributes (color, shape, geometry ...) can be immediately deciphered with the eyes, it is their setting in motion that gives rise to a temporality, a rhythm. This rhythm is external to them, the objects are not the source but the obstacle, the resistance, and thus confront the sound and visual phenomena they generate to the visible materiality of their presence. The instruments that generate the sound and image are in sight from start and throughout the performance and the processes involved are legible: everything is intelligible, can be broken down by the mind, it occurs like a visual and sound arithmetic whose complexity is neither the result of an intricate process that is hidden in the arcane of a "black box" but simply emerges from the interference between elementary processes, which are previously exposed to the public. The latter is at the heart of the system, an integral part of the projection. It operates like a transmutation whose general equation is this: matter, taken in a regular motion, produces time and space.

Nourished by the works of expanded cinema and minimal art of the 1960s, and collaborating for about twenty years, Julien Clauss and Olivier Perriquet have gradually made their practices of sound and image porous, the former being apprehended in its spatial dimensions, the latter for its musical qualities. Pursuing what touched them in the audio-visual practices of the 1960s - the direct relationship to the media, the apparent simplicity of the result, the contrast between the clarity of a situation or a mechanism and the emotion it arouses - and, lowering the "noise level" in the intelligibility of their instruments and their actions, small variations, micro-modulations, and ultimately each of their choices become apparent and important. The machines are designed to be used with hands, and therefore they assume the function of an instrument in their view.

In previous collaborations, their common referent was that of recorded music, where the instruments were designed to read the recordings (samples, films) and play them by arranging them using different principles of filtering, superimposition, masking, deformation etc. OOO is situated in a "before cinema", at a historical moment when cinema has not yet become an industry, when the projector, the cinema room, the ritual that accompanies each projection, have not yet standardized in a form that is denying space because it has become banal and always identical. Working on the contrary upstream of the production of these supports, OOO makes the very principle of a recording prior to a broadcast disappear. The mobile light sources replace the camera and produce an image whose diffusion is immediate, making the camera, the projector and the projection space coincide on the one hand, and the shooting and the projection on the other hand.

Bio

Julien Clauss (1974), vit dans les Hautes-Alpes.
Il a étudié le piano à l'Institut Suzuki de Strasbourg. Après un cursus universitaire en mécanique des fluides et thermodynamique, il étudie l'acoustique au Conservatoire National des Arts et Métiers de Paris, puis assiste Pierre Henry de 2001 à 2007 lors de ses concerts.
Julien Clauss a dévié de son cursus scientifique et musical pour se plonger dans le champ des arts médiatiques selon un double mouvement :

  • oeuvrer à la fabrication d'espaces, inspiré par la démarche des sculpteurs Deacon, Bourgeois, Nauman, Sandback, ...
  • travailler la dialectique fascination/effroi que la machine et les objets techniques exerce sur lui.
    Depuis 2001, il réalise des pièces sonores, des sculptures, des installations, des performances, et des dispositifs radiophoniques.
    Il intègre le laboratoire d'art audio Locus-Sonus de l'école d'art d'Aix-en-Provence en 2007, la collaboration se prolonge jusqu'en 2013.

C'est ainsi par le son qu'il aborde son travail sculptural, cherchant à mettre la matière sonore en forme et en espace selon différentes techniques. Cette pratique de la sculpture sonore l'amene à penser l'invisible : comment y faire forme, comment composer une étendue, délimiter un espace et avec quelle porosité, et selon quelles modalités organiser la perception physique de cet invisible.
Ces réflexions donnent forme aux installations audiotactiles Pause et Stimuline en collaboration avec Lynn Pook, où le corps tout entier de l'auditeur est impliqué dans la réception. Elles se poursuivent par une résidence à l'Iméra (Institut Méditerranéen de Recherches Approfondies) et par la création de Isotropie de l'Ellipse Tore en 2013 aux Eglises, Centre d'Art de la ville de Chelles, installation monumentale englobante et méditative. En 2015, Julien Clauss est invité par le Fresnoy à participer au groupe de recherche l'Incertitude des Formes, qui réunit régulièrement des chercheurs issus de différents laboratoire du CNRS et des artistes pendant deux ans.

Le premier élément à émerger à l'interface de sa culture scientifique et de sa pratique sculpturale a été la notion de champs.
Utilisé en physique pour décrire les propriétés d'un espace, les champs invisibles sont devenus dans la pratique de Julien Clauss un domaine d'expérimentations et de manipulations plastiques. La globalisation de la notion d'environnement - telle qu'explicitée par Peter Sloterdjik dans Ecumes - a ouvert dans sa pratique une composante environnementale. L'environnement y est apparu dans ses dimensions physiques comme milieu vibratoire, et politique en tant qu'espace vital. De quasi synonyme du vide, l'air est devenu un support multiple, vecteur d'ondes sonores, de chaleur et d'oxygène. Aux champs sonores se sont adjoints les champs électromagnétiques et les autres composants biochimiques invisibles, que l'on retrouve en premier lieu dans le projet Immunsystem (2008) : répertoire de solutions artisanales d'adaptation aux mutations de l'environnement, première passerelle dans son travail vers les récits environnementalistes apparus dans les médias, dont le plus prégnant est probablement le trou dans la couche d'ozone.

Dans la continuité de ce rapport sensible à l'invisible, aux questions environnementales et à l'écologie politique, s'ensuivent les installations sonores et visuelles Milieux Continus et Insulation, ainsi que le projet performatif Toposone, directement inscrits dans le paysage urbain, naturel ou architectural et dialoguant avec lui. Sur le même principe, Julien réalise Walk in Music, reprise de l'oeuvre Drive in Music de Max Heuhaus, pour le bois de sculpture du Centre International d'Art et du Paysage de l'Ile de Vassivière, lors d'une résidence à la Pommerie sur le plateau de Millevaches en 2016.

En parallèle, les projets de situations qui ont émergé ces dernières années génèrent de nouveaux objets de réflexion sur l'écologie politique et la philosophie des techniques : Bulles est un dispositif de musique expérimentale spatialisée dans des lieux atypiques (sites en montagne, pont autoroutier, lac, terrain de foot, ...) ; Modulation est un projet de micro-radio libre et participative en montagne qui se déroule sous forme de bivouac ; On entend lire jusqu'au bout est un projet en collaboration avec Emma Loriaut, une lecture participative au long cours, retransmise localement par radio. Sorte d'art relationnel outsider, ces projets de "radio étendue" font émerger la structure du média pour la déposer à portée d'oreille en territoire sensible.

Il co-organise les rencontres d'art en marche Laissez le Passage Libre de 2009 à 2012, et les rencontres pluridisciplinaires Point Org en 2017.

Website

With the support of

Partner